Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

Le Ranquet en Vadrouille...Carnet de route.

15, Argentine, La Quebrada au nord de Tilcara.

15, Argentine, la Quebrada au nord de Tilcara.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Quebrada de Humahuaca, a été déclarée site du patrimoine culturel et naturel de l'humanité par l’UNESCO en 2003.

 

 

Parmi les différents paysages spectaculaires qui s’égrènent en chapelet le long de la Nationale 9, la serrania de Hornocal fait la course en tête :

 

 

C’est, semble-t-il le « must », l’incontournable spot qu’on ne doit pas louper. Enfin, du point de vue des vendeurs.

 

Le panorama est surprenant : ce massif baptisé « la montagne aux quatorze couleurs » culmine à 4350 mètres d’altitude et dévoile une impressionnante succession de strates sédimentaires plissées de forme triangulaire combinant un grand nombre de nuances colorées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vu de loin, ça ressemble à un gigantesque gâteau de pâtisserie décoré d’écailles de couleur bleue, mauve, ocre et rouge.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La palette de couleurs est variable selon le moment de la journée ; la luminosité de l’instant et un soleil déclinant en fin de journée assurent la pleine intensité des 14 colores que l’on peut voir sur les photos d’agence.

 

 

Au quotidien, ces conditions sont rarement réunies, mais ça n’empêche pas une visite avec le passage d’un col à 4200 mètres offrant un superbe point de vue sur la vallée.

 

 

 

 

 

 

 

 

Si l’hornocal vaut bien le déplacement, beaucoup plus discret, le village de Uquia conserve jalousement une pépite qui mérite le détour :

 

La Quebrada de las señoritas.

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fois traversé le petit marché coloré du village, il suffit d’emprunter, dans le dos de l’église, un sentier qui grimpe tendrement...

 

 

 

 

 

 

 

...vers une splendide faille sculptée de roches érodées, percée de canyons miniatures et plantée d’immenses cactus.

 

 

 

Dans la Quebrada de las señoritas, ce qui frappe le plus, c’est le silence.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un monde de silence ! Seul le vent semble habiter ce magnifique joyau façonné par la nature.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conseils aux voyageurs :

 

 

 

C’est très souvent au départ de Salta qu’on planifie la découverte de la Quebrada de Humahuaca.

 

On ne manquera pas de vous dire que la location de voiture est la meilleure option pour la visite des différents sites.

 

 La voiture apporte bien entendu la souplesse de l’itinérance, mais il faut savoir que l’ensemble de la quebrada peut, sur plusieurs jours, se dévoiler à son rythme, uniquement en empruntant les bus locaux très bon marché.

 

 

Dans l’ordre, sur la RN 9, en progressant vers le Nord :

Purmamarca : Cerro de 7 colores, balade facile à pied autour du Cerro, 3km.

 

 

 * voir info complémentaire en fin d’article.

 

Tilcara : ruines précolombiennes de Pucara et sentier de muletier qui mène à une cascade, le sentier offre de beaux points de vue, la cascade…Si vous avez été à Iguaçu ça va faire fade !

 

Tilcara, nous avons bien aimé!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Uquia : La Quebrada de las señoritas, souvent ignorée des touristes, on peut marcher à l’aventure sans risquer de se perdre, y aller en matinée pour éviter la grosse chaleur et profiter du silence !

 

Un bémol toutefois:

 

La gestion des déchets dans cet univers magique pose problème. La puissance du vent n'arrange rien, les sacs plastiques s'accrochent aux épines des cactus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Humahuaca : c’est le point de départ pour se rendre à l’hornocal.

 

Au terminal de bus, on vous proposera des camionetas compartidas qui avalent les 25 km de piste poussiéreuse menant au massif (passage d’un col à 4200 mètres).

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce sont de confortables pickup partagés (500 pesos/ personne).

 

 

 On reste 45 minutes sur le site, il est possible de descendre une pente raide qui approche une faille en face de l’hornocal, attention la remontée peut nécessiter du temps car à 4000 mètres on gravit la pente moins vite !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Possibilité d’acheter un bolsito de feuilles de coca auprès de mamies sympathiques qui agitent les petits sachets de feuilles vertes au terminal de bus. (50 pesos, moins d’un Euro le bolsito).

 

 

Faire une chique avec quelques feuilles, coincer le tout dans le creux de la joue et laisser doucement le jus herbacé se répandre dans la gorge, alors vous êtes prêts pour affronter les sommets.

 

 

La vente des feuilles de coca est tolérée dans les provinces de Salta et Jujuy mais illégale dans le reste de l’Argentine.

 

 

Tilcara a été notre point de chute : le village est bien placé pour explorer la quebrada ; Des bus réguliers desservent l’ensemble des sites.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 En novembre, aucun souci pour trouver un hébergement, en pleine saison (Janvier/Février) prévoir une réservation.

 

 

Si les bus permettent de rallier les sites principaux sans difficulté, des taxis et des « indépendants » assurent également la prestation à un prix à peine plus élevé que le bus.

 

 

À Uquia, en attendant le bus au bord de la RN 9, c’est un flic de Jujuy, en uniforme, conduisant sa voiture personnelle (Ah ben oui, quand même pas le pickup de la police !) qui nous a proposé le retour à Tilcara.

 

 

 « Les salaires sont bas et l’essence est chère » nous a-t-il dit. Derrière ses Ray Ban, Je soupçonnais la malice dans ses yeux.

 

 

Dans cette région, se munir de cash, la carte bancaire n’est pas toujours acceptée.

 

 

 (*) Nous avons volontairement zappé Salinas Grandes dont le point de départ s’effectue également à Purmamarca.

 

 

 Nous avions, en Bolivie, parcouru le grandiose désert de Lipez et le splendide Salar d’Uyuni, si bien que Salinas Grandes, même s’il s’agit d’un salar remarquable, ne nous a pas paru incontournable.

 

 

Lien ci dessous:

 

 

 

Bolivie 3, Le Salar d'Uyuni, sous le sel, une mine d'or...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



20/11/2019
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi